Association des Scientifiques Chrétiens

Accueil Réunions passées Colloque, Réunions à venir Grands savants chrétiens, extes des papes Contributions des membres

Pour adhérer,

Envoyer un chèque de 35 euros (ordre ASC) à J-B Kammerer ; 13, rue de Douai ; 75009 Paris
(en indiquant vos nom, adresse et spécialité.) L'adhésion comprend l'abonnement à la revue Connaître

Qui sommes nous ?

Président d’honneur, Jacques Arsac (+)..
Président: Rémi Sentis, directeur de recherches, CEA.
Vice-président: Marc Godinot, directeur d’études, Museum Nat. d’Histoire Naturelle.

Comité d'honneur

ICI

Notre Association

Créée en 1998, elle regroupe des Scientifiques qui veulent réfléchir ensemble sur les défis de la Science vis-à-vis de la foi ; et témoigner qu’il n’y a pas d’antinomie entre les sciences et la foi chrétienne.
L'Association, membre de l'Académie Catholique de France , est affiliée au Réseau Blaise Pascal, dont le site est ici

Nos motivations

*1. Aider chacun des membres à faire le lien entre sa culture scientifique et ses convictions religieuses.
*2. Devoir de témoigner au sein de la société qu’il n’y a pas de contradiction entre les sciences et la foi chrétienne. Face au laïcisme militant des milieux médiatiques, nous affirmons que la foi et la science ne peuvent pas être opposées l'une à l'autre, chacune ayant sa propre autonomie.
*3. Dans notre société matérialiste et blasée, sachons nous émerveiller devant les splendeurs de l’infiniment petit, de l’infiniment grand et la beauté de la création.
' Allons-nous laisser remplacer la conscience morale par la recherche exclusive de la santé et des prodiges scientifiques? ' (Mgr Vingt-Trois).
+=+=+=+

Colloque samedi 2 avril 2016 de 9 h 30 à 16 h (C. des Bernardins)

L'Intelligence artificielle, entre mythe et progrès

Introduction par Pierre Perrier, de l'Académie des technologies.

9:45 Serge Picaud, Directeur de recherche INSERM, Institut de la vision, Paris,
Restauration visuelle et intelligence artificielle avec les prothèses rétiniennes pour les patients aveugles.

10:35 Raja Chatila, Directeur de recherche, directeur de l'Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique, Université Paris VI.
L'I-A et les robots pourront-ils augmenter les potentialités du cerveau, prendre le pas sur l'homme?
 pause

11:40 Bénédicte Mathonat, Professeur de philosophie, Facultés libres de philosophie et psychologie
La santé, un produit artificiel ?

===pause déjeuner===

14:00 Serge Tisseron, de l'Académie des technologies, médecin psychiatre, chercheur en psychologie, Paris VII
Réalités et illusions de l'empathie artificielle.

14:45 P. Florent Urfels, Docteur en théologie et en mathématiques, enseignant au Collège des Bernardins.
Intelligence des anges : intelligence artificielle ?

= Table ronde finale =

Inscription soit sur le site //collgedesbernardins.fr,  soit  pour les membres de l’Ass. Scientifiques Chrétiens, gratuit => envoyer mail à  scien.ch@gmail.com )

Lieu: rue de Poissy , Paris 5, métro Maubert. Possibilité de déjeuner dans une brasserie proche du Collège. Envoyer, AVANT le 26 MARS, un chèque de 18 € (ordre de ASC) à

A.S.C., 1 rue de la Mutualité, 92160 Antony

 
=================
On évoque constamment dans nos médias les prouesses de l'Intelligence Artificielle. Mais cette expression est ambiguë. Elle correspond dans le milieu académique à des domaines particuliers (analyse/synthèse des images, de la parole, fouille dans les Big Data, aide à la décision, auto-apprentissage, etc.) lesquels ont d'ailleurs évolué dans le temps. Des réalisations utilisant ces techniques permettent maintenant la mise au point de prothèses qui pallient des handicaps importants (visuels ou auditifs par exemple). 
Par ailleurs, on utilise aussi ce terme pour faire miroiter des avancées qui font rêver : des robots avec lesquels on peut avoir une discussion ou des affinités. Ainsi se développe le mythe de l'ordinateur ayant les mêmes potentialités que le cerveau humain – avec beaucoup plus de mémoire.
Si un robot peut prendre des décisions, peut-on concevoir qu'il possède des sentiments ? Ou bien qu'étant branché sur notre cerveau, il nous dicte ses volontés ? Quelle serait la responsabilité de la machine dans ce cas?
Les connaissances et les choix des individus peuvent-ils être agrégés de façon à aboutir à ce que certains appellent intelligence collective ? Peut-on envisager de confier des responsabilités importantes, telles la santé des personnes, à des ordinateurs ? Où trouver la frontière entre la prothèse qui procède à la réparation d'une déficience et l'appareil qui augmente les potentialités de l'individu quitte à modifier le fonctionnement de son cerveau ?